Bannière
AHQ Nouvelles-News RSS
Stagiaire en droit à Shanghai PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Dimanche, 14 Avril 2013 08:39
Par Guillaume Synnott (Montréal, Canada)

AHQ: Shanghai est-elle une bonne terre d’accueil pour un stagiaire en droit?

GS: Shanghai est une ville captivante, d’un grand dynamisme, et s’avère donc un milieu idéal pour un stagiaire qui désire sortir des sentiers battus. Culturellement, Shanghai est la ville la plus moderne et la plus internationale de la Chine. Ce faisant, j’y ai certes été initié aux coutumes et au système juridique chinois, mais j’ai également côtoyé d’autres expatriés venant de différent pays. Par ailleurs, il règne à Shanghai une forte culture de mentorat. J’y ai ainsi bénéficié de l’expérience et des conseils de nombreux avocats pratiquant le droit en Chine et qui se sont fait un devoir de me rencontrer. Bref, Shanghai est définitivement une terre d’opportunités pour un stagiaire qui désire développer un réseau international. Il n’appartient qu’à chacun de se démarquer dans une économie en développement, mais de plus en plus sophistiquée.

AHQ: En quoi un juriste québécois est-il intéressant pour un cabinet d’avocats chinois?

GS: Les avantages sont multiples. D’abord, le fait que nous soyons bilingues facilite grandement la communication avec les clients étrangers. Notre formation en droit civil est également un atout puisque le droit privé chinois est basé sur des principes civilistes. De plus, le fait d’accueillir un stagiaire étranger est l’occasion de consolider un réseau d’affaires international. À titre d’exemple, lors de mon stage chez Yingke Law Firm, j’ai référé un client québécois qui désirait une opinion juridique en droit du travail chinois. Une telle opportunité aurait été plutôt improbable sans ma présence au bureau.

AHQ: Pouvez-vous nous partager une de vos plus belles expériences à Shanghai?

GS: Un moment fort de mon stage fut d’accompagner une associée de mon cabinet à une rencontre avec de jeunes entrepreneurs québécois en mission commerciale à Shanghai. À cette occasion, j’ai dû constater que j’étais assis du « côté chinois » de la table de conférence, plutôt que du « côté québécois ». Ce fut un choc!

 

Retour
Copyright © 2017. Tout droits réservés - All Rights Reserved - Association des Avocats Hors Québec (AHQ)