Bannière
AHQ Nouvelles-News RSS
L'éveil Mongol PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Dimanche, 17 Février 2013 01:24

Par Me Jérôme Blanchet (Hong Kong, Chine)

Après avoir été en troisième place en 2011, la Mongolie est maintenant deuxième, après la Libye, dans la liste de la revue The Economist des pays promettant la meilleure croissance économique en 2012. Ceci vient consolider les ambitions de ce pays qui a bien l’intention de profiter des richesses de son sous-sol ainsi que de l’appétit sans fin de son voisin du sud pour prospérer économiquement.

Et il semble bien que la Mongolie possède les moyens de ses ambitions. La mine d’Oyu Tolgoi à elle seule reflète bien la position enviable du pays dans l’industrie minière. Son exploitation, qui débutera l’année prochaine, promet 36,7 milliard de kilogrammes de cuivre et plus de 1,3 million de kilogrammes d’or. Ce projet, déjà qualifié comme la « plus grosse mine de cuivre au monde », met en scène le géant minier Rio Tinto et la canadienne Ivanhoe Mines. Les enchères sont donc lancées et les investisseurs veulent être de la partie. Le pays n’a pour l’instant aucunement besoin de campagne de charme pour les attirer. Areva (France), Shenhua (Chine), Rosatum (Russie) ainsi que ArcelorMittal (Russie-Japon-Corée) sont tous déjà bien enlignés pour prendre leur part du gâteau. Et quel gâteau.

Malgré sa popularité soudaine, la Mongolie demeure néanmoins un pays risqué pour un investisseur étranger parce que ce dernier devra forcément faire face à des impondérables. L’instabilité du gouvernement en place, additionné d’une relative inexpérience du pays dans les rapports commerciaux peuvent facilement compromettre un accord pourtant dûment signé. C’est ce qui aurait pu se produire en octobre 2011, lorsque Rio Tinto, Ivanhoe Mines et le gouvernement mongol sont finalement revenus à leur entente initiale pour mettre un terme aux rumeurs de renégociation. Puisque l’entente s’étale sur une période de 30 ans, il est fort à parier que les deux partenaires miniers devront s’ajuster et répondre non seulement aux exigences du gouvernement mongol mais aussi contenir l’influence russe et chinoise.

 

Retour
Copyright © 2017. Tout droits réservés - All Rights Reserved - Association des Avocats Hors Québec (AHQ)